« Never Die Young » s’aventure en terre américaine

© Red Lion / Photography by Jerzy Palacz

Alors qu’il démarre sa sixième semaine d’exploitation au Grand Duché, Never Die Young a été projeté pour la première fois hier soir sur le sol américain ; à Los Angeles très exactement dans le cadre des séances organisées par l’EFP (European Film Promotion) juste avant que ne démarre l’AFM (American Film Market). Les professionnels du monde entier parmi lesquels les membres de l’Académie des Oscars ont ainsi pu découvrir sur grand écran le représentant du Grand Duché dans la course à la statuette du meilleur film étranger.

Au Luxembourg justement, le film a remporté un vif succès critique dans la presse. Ci-dessous, un petit florilège :.

« C’est le film luxembourgeois le plus remarquable de ces dernières années qui sort enfin sur grand écran. «Never Die Young» […] doit sa réussite à la grande liberté de son écriture et à la qualité d’une esthétique sublimée par la caméra de Jerzy Palacz. Le film a été tourné au printemps, quand la nature se réveille et se présente dans ses plus beaux atours. «La beauté des images vise à créer une atmosphère. Elle se veut le reflet de la beauté de l’héroïne pour la personne dépendante. C’est un fait. Pas un plaidoyer pour la drogue», explique le réalisateur. L’épure des images se veut aussi un retour aux racines du cinéma de l’époque des frères Lumière et de Méliès. »

Marie-Laure Rolland pour Luxemburger Wort (24/09/2014)


« Quel film ! De mémoire de ce critique, dites-vous bien qu’il n’a jamais rien vu d’aussi réussi de la part d’un cinéaste luxembourgeois. Pol Cruchten a amplement mérité le « Lëtzebuerger Filmpräis » du meilleur documentaire, et ce n’est que justice qu’il représentera notre pays aux prochains Oscars. Tel un électron libre, il surprend tout le monde en emmenant son film là où personne ne l’attendait. Une expérience hallucinante, visuellement époustouflante, surprenante, une véritable carte de visite pour « notre » cinéma. Avec, comme cerise sur le gâteau, deux chansons de Bob Dylan en toile de fond. 5 étoiles ! »

Jean-Pierre Thilges pour Revue (24/09/2014)


« Never die young […] est moins un nième film sur la misère de la drogue qu’une œuvre radicale, extrêmement libre, sur la banalité de sa consommation, sur la tristesse d’une enfance dans le sud du Luxembourg dans les années 1960-1970 et sur l’absurdité de la vie tout court. […] Son meilleur argument est réellement la forme radicale du film. Alors que les documentaires type Arte ou BBC sont désormais hyper-formatés […] Pol Cruchten jette toutes les conventions par-dessus bord. Il retrace de manière déconcertante une histoire très intime, celle de son cousin Guido (mort à la fin du tournage, en 2011), dont il était très proche et qui lui raconta, à chacune de leurs rencontres, tous ces accidents improbables et incongruités qui lui sont arrivés durant sa vie.

Josée Hansen pour Lëtzebuerger Land (26/09/2014)


Never Die Young est actuellement projeté à Luxembourg, Dudelange, Troisvierges, Echternach et Bettembourg. Pour voir tous les horaires de projection de Never Die Young, cliquez ici.

Si vous ne l’avez toujours pas vu, il est encore temps !

V.Q.

© Red Lion / Photography by Jerzy Palacz - Design by Nicolas Kunc

© Red Lion / Photography by Jerzy Palacz – Design by Nicolas Kunc